Des Racines & des Ailes : Le Mont Saint Michel

Patrick de Carolis/ Louis Laforge/ Thierry Seni

Une Sommelière dans votre cuisine

Estelle Touzet, Claire Vocanson, Eugénie Rambaud

Concorde

Frederic Beniada, Michel Fraile

Tennis mode d'emploi

Paul-Henri Mathieu

Calendrier Astérix

Calendrier Astérix

Livres associés

Paris fait son cinéma
IRRESISTIBLE AUDREY HEPBURN
<     Retour aux actualités

Paris, plateau du 7ème art

Date de l'événement :

04 Octobre 2012

Paris fait son cinéma sera en rayon le 10 octobre ! Découvrez ce superbe ouvrage qui fait de Paris un immense plateau de tournage... Du grand écran à la réalité, les trois auteurs ont sillonné la ville pour retrouver les décors d'une centaine de films qu'ils ont adoré. Une belle histoire que Béatrice Billon, Barbara Boespflug, et Pierre-Olivier Signe nous livrent dans la seconde partie de leur interview...

 - De tous les lieux évoqués, quel est pour chacun votre coup de cœur et pourquoi ?


Barbara : L'auberge Pyrénées Cévennes, une des premières adresses testées, un accueil incroyable, une vraie rencontre avec de fortes personnalités, les propriétaires du lieu se sont installés à notre table pour nous raconter leur histoire, le tournage. On a aussi fait ce guide pour cela, l'expérience live, le bonheur des rencontres.
Et aussi L'entre potes, se retrouver sur les traces de Cedric Klapisch alors que j'habite le 11ème arrondissement, c'est un must. Quand je suis rentrée dans ce lieu, j'ai compris tout de suite le choix du réalisateur. 
Beatrice :Tous ! Les 101 adresses relèvent pour chacune d’un coup de cœur, sans demi-mesure, sur les plus de 250 que nous avions en dernière sélection. Notre critère final était la qualité d’un accueil ouvert à tous après la beauté et le supplément d’âme de chaque lieu. Si je devais tout de même n’en garder qu’une, je choisirai l’Auberge Pyrénées Cévennes. Allez y dîner, lancez le « Comment est votre blanquette ? »  et vous saurez pourquoi…

Pierre-Olivier : Il est impossible pour moi de ne donner qu'un coup de coeur, tant la richesse des lieux visiter m'a apporté de sensations et fait vivre de beaux moments. Certains viennent cependant à se démarquer pour des raisons diverses.Un des souvenirs le plus marquant restera sans doute ma visite au Stand de Tir de la Police National car le plus surprenant et le plus insolite. Alors que je ne développe pas de dispositions particulières pour cette activité, le fait d'avoir été pris sous l'aile d'un gendarme qui m'a expliqué le maniement des armes et m'a proposé d'effectuer quelques tirs restera gravé dans ma mémoire. Un moment inattendu basé sur l'échange et la découverte dont j'ai pu gardé la cible en trophée!D'autres endroits m'ont permis d'aller à la rencontre d’expériences tout aussi fascinantes: Tin-Tin Tatouages et ses artistes concentrés, Le cercle de jeu Clichy-Montmartre qui m'a gratifié d'une carte de membre officiel, Dubois pour la richesse de ses couleurs et de ses étalages, Lapérouse vibrant des secrets de ses alcôves, le point éphémère pour la grâce du moment où les rayons d'un soleil levant pénètre un studio de danse au repos.

J'ai vécu des moments uniques lorsque, visiteur privilégié en dehors des heures d'ouvertures au public, j'ai exploré les coursives d'un Théâtre de l'Athénée désert, découvert la Bibliothèque de la Montagne Sainte Geneviéve vide et propice à la médiation où déambuler dans les couloirs de l'École Nationale Supérieure des Beaux Arts, berceau de tout type de création.J'ai admiré la vue imprenable du toit de l'hôtel Raphaël, été captivé par l'atmosphère fascinante de l'institution Deyrolles et la majesté de l'église Saint Supplices.J'ai revécu les scènes de mes films préférés et marché dans les pas de Catherine Deneuve et Milos Forman à l'Hôtel Kuntz.

Je garde un souvenir ému des premiers endroits visités: Le cinéma MacMahon où l'Auberge des Pyrénnées-Cévennes.Enfin j'ai compris la fascination qu'exerce cette ville et pourquoi Paris restera toujours Paris au Caveau de La Huchette.

- Pour finir, avez-vous une anecdote ou un souvenir qui aura marqué l'élaboration de ce livre ?

Barbara : La rencontre avec Raymond Sasia, ancien garde du corps du Général de Gaulle, créateur du CPPTN. J'ai rarement été aussi impressionné, un charisme hors du commun, une gentillesse et un accueil incroyable.

Beatrice : Le 1ère rendez-vous avec Fabienne Kriegel et Juliette de Lavaur. Un peu gauche avec nos 4 pages écrites dans nos caves le dimanche, nous avons eu rendez vous un vendredi soir assez tard un peu émerveillée d'être reçues. Et 1h après un accueil formidable, Fabienne et Juliette nous disait Banco !

Pierre-Olivier : La toute première fois,  nous nous sommes retrouvés avec Barbara et Beatrice pour la présentation du projet dans un café de Bastille, sous l'oeil bienveillant d'une photo de Jean Paul Belmondo dans A bout de Souffle. Afin de présenter la maquette, il me fallait réaliser dans la semaine des prises de vues de 3 endroits en particulier, dont le cinéma Mac Mahon. Par la plus grande des coïncidences j'étais invité 2 jours plus tard dans cet endroit culte à une avant première privée du film La vérité si je mens 3. Alors que je prenais cela pour un signe, je ne fus pas au bout de mes surprises quand je découvris le soir dit un invité bien particulier dans les rangs du cinéma, Jean Paul Belmondo en personne, que j'immortalisais devant l'enseigne de la salle mythique. L'aventure venait de commencer sous les meilleurs hospices...

Merci à ces trois auteurs pour cette belle interview et rendez-vous sur parisfaitsoncinema.com pour découvrir l'univers du livre !