Comment goûter un vin

Philippe Faure Brac

Guide de la Scandinavie à Paris

Katia Barillot et Axel Gylden

Calendrier mural Picasso

Collectif

Claire Heitzler pâtissière

Carole-Anne Boisseau

L'Ancien Testament illustré par Marc Chagall

Marc Chagall

Livres associés

Les Secrets des jeux de notre enfance
<     Retour aux actualités

Les secrets des jeux de notre enfance

Date de l'événement :

24 Octobre 2013

Vos enfants passent leur journée devant la télévision, l'ordinateur ou autre gadget électronique ? Vous en avez marre, vous êtes nostalgique de ces jeux qui ont constitué votre enfance ? Alors, c'est le moment d'ouvrir le magnifique ouvrage de Nicole Masson: Les secrets de jeux de notre enfance.

Ce livre-objet vous propose 150 jeux en plein air et d'intérieur pour jouer en famille ou en solitaire. Le petit plus ici ce sont les 20 fac-similés de jeux de parcours, de pliages et des découpages de collection qui complètent les nombreuses reproductions d’images anciennes et nostalgiques. 

Tiens, et si on se souvenait ensemble d'un jeu d'extérieur tout droit issu de notre jeunesse?

" Le saute-mouton : Des gravures anciennes témoignent que le jeu de saute-mouton était pratiqué dès la Renaissance et peut-être bien avant déjà. Quoi de plus simple que de jouer ainsi à sauter par dessus ses petits camarades plus ou moins accroupis ou penchés? Le jeu a plusieurs fois changé de nom : passavant, coupe-tête ou croque-tête, il a fini par se nommer saut de mouton puis saute-mouton.

Certains pensent qu'il fait allusion à l'épisode où Rabelais raconte comment les moutons de Panurge sautent tous à l'eau et se noient en suivant un premier mouton jeté à la mer. Ce jeu est pratiqué dans tous les pays, mais son nom diffère de manière amusante. Chez les Anglo-Saxons, c'est le saut de grenouille, chez les Islandais le saut du dauphin, les Italiens comme les Indiens, les Coréens et les Japonais évoquent le cheval, mais pour les roumains, c'est le saut de chèvre que rappelle ce jeu. En général, les parents n'apprécient pas beaucoup que les enfants le pratiquent : ils ont peur des chutes pour le sauteur, mais aussi des douleurs dans le dos pour ceux qui servent d'appui... Cela dit, le poids plume des petits élimine presque tous les risques. "